Résumé

DE NL FR EN

Aperçu du projet :

Pourquoi ce projet ?

Quelles sont les formes d’abus et de maltraitances et quelles en sont leurs conséquences ?

Quels sont les programmes de traitement ?

Que voulons-nous faire ?

Qu’est-ce que les personnes devront faire exactement ?

Quelle est la science derrière tout cela ?

Pourquoi demandons-nous votre aide ?

Comment allons-nous rester en contact et vous tenir au courant des avancées du projet ?

 

Pourquoi ce projet ?

La violence physique et sexuelle envers les femmes et les enfants est un problème mondial ! En Belgique, où nous vivons, une étude de l’Amnesty International en 2013 a recensé en moyenne 8 affaires de viol par jour qui sont rapportées à la police. Une étude de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne a révélé Bild2 l’année dernière que les autres pays membres de l’Union européenne ne s’en sortaient pas mieux et que le pourcentage de violences sexuelles variaient de 35 à 47% (Allemagne, Finlande, France, Hollande, Roumanie, Angleterre). Le centre américain U.S. Rape Abuse and Incest National Network (RAINN) estime qu’un cas d’agression sexuelle survient toutes les 107 secondes, d’où le titre de notre projet.

 

 

Quelles sont les formes d’abus et de maltraitances et quelles en sont leurs conséquences ?

L’abus peut prendre des formes telles que l’abus sexuel (par ex., viols, attouchements sexuels), l’abus physique (par ex., frapper) ou l’abus émotionnel (par ex., dire à quelqu’un qu’il est sans valeur). Les personnes qui en sont victimes peuvent souffrir des conséquences pendant longtemps et certains développent une slide3 dépression clinique, un stress post-traumatique, des attaques de panique, des problèmes de sommeil et de concentration. Malheureusement, nous ne savons pas vraiment encore pourquoi des personnes développent de tels problèmes alors que d’autres sont résilients, à savoir, réussissent à continuer de vivre leurs vies sans développer une psychopathologie.

 

Quels sont les programmes de traitement ?

Les programmes de traitement pour les victimes diffèrent énormément en fonction du système national de soins de santé et de la disponibilité des soins en psychothérapie. Les programmes de base offerts sont souvent insuffisants et ne peuvent être qu’accessibles que pour une courte durée alors que la plupart des victimes font face à leurs problèmes pendant des années voir même des décennies. Tandis qu’il y a de meilleurs programmes qui sont intensifs dans le temps, mais ils sont très chers et seulement disponibles pour une minorité de gens touchés. Les programmes de traitements actuels peuvent inclure de la psychothérapie en groupe ou en individuel, des médicaments ou des groupes en autoassistance.

Que voulons-nous faire ?

Ici à l’Université de Ghent, nous voulons explorer un nouveau programme de traitement que chacun peut faire à sa convenance chez soi. L’idée est de développer un programme, sur ordinateur, pour exercer le contrôle cognitif, qui est le terme que les admin-ajax scientifiques utilisent pour notre capacité à réguler notre comportement. Des exemples seraient pour ton cerveau d’être capable de garder des choses en mémoire à court terme (tel que mémoriser un numéro de téléphone de quelqu’un avant de le noter), ou de réagir vite et de façon flexible aux situations nouvelles (par ex., l’engagement d’une voiture à toute allure à la dernière seconde quand le feu de signalisation est jaune). L’idée d’un entrainement des “fonctions cognitives” pour les personnes affectées par une psychopathologie existe déjà depuis quelque temps, mais un bon nombre de ces programmes est fastidieux et assez franchement ennuyeux à faire. Notre principale question reste donc de voir si par l’entrainement aux comportements de régulation, nous pouvons améliorer les symptômes d’anxiété et de l’humeur et ainsi accroitre la résilience des individus ayant subi un traumatisme.

 

Qu’est-ce que les personnes devront faire exactement ?

L’idée est de fournir un ordinateur portable aux personnes et de les exercer aux « contrôles cognitifs » sur une période de 6 semaines pendant environ une heure par jour. La formation complète consiste en petit module où les compétences de contrôles cognitifs sont entrainées séparément (chacun un temps défini avant de passer au module suivant). Le niveau de difficulté augmente en même temps que vous vous améliorerez au fil du temps. Nous mesurerons le bien-être (et la résilience), les symptômes d’anxiété et de l’humeur et d’autres problèmes potentiels au début et à la fin de l’étude et voulons voir ce qui a changé (et de combien). Si les découvertes initiales sont prometteuses, nous voudrions faire des études à plus long terme et regarder si un entrainement régulier peut améliorer et maintenir le bien-être sur une période de temps plus long.

 

Quelle est la science derrière tout cela ? Et pourquoi l’entrainement du contrôle cognitif aide-t-il potentiellement à surmonter un traumatisme ?

Une large part (mais non exclusivement) de notre capacité à exécuter les compétences rapportées ci-dessus est localisée au niveau frontal du cerveau, que nous appelons le cortex préfrontal latéral (voir l’image). Cependant, la même région cérébrale a aussi été associée à la bonne santé mentale, c’est-à-dire comme un facteur de protection contre le développement d’une maladie mentale. Des études en imagerie par résonance magnétique (MRI) ont montré chez les personnes traumatisées des problèmes de comportement de régulation (contrôle cognitif) et une réduction de la taille structurelle de cette région cérébrale (parmi quelques autres), ce qui suggère un affaiblissement de son fonctionnement. Les études provenant d’autres aires en neuroscience ont montré que l’entrainement de fonctions spécifiques peut augmenter l’intégrité structurelle de régions cérébrales favorisant cette fonction particulière. Par exemple, l’apprentissage d’une seconde langue ou jouer d’un instrument de musique a montré tous deux, une augmentation de la structure cérébrale dans les parties du cerveau qui y sont associées. En nous basant sur cette idée, nous voulons entrainer les capacités qui sont servies par le cortex préfrontal latéral. En formant ces compétences, nous croyons au renforcement de la neuro-anatomie sous-jacente, et dans le résultat d’une augmentation de la résilience et de la protection d’un développement (futur) de maladie mentale, et à une amélioration des symptômes d’anxiété et de l’humeur. Nous ne réinventons pas la roue. L’idée d’entrainer le contrôle cognitif n’est pas nouvelle et a montré quelques résultats prometteurs initiaux. Cependant, le problème est que l’entrainement peut être vécu comme monotone à cause de sa nature répétitive. Donc, nous voulons mettre au point un programme plus engageant (visuellement) pour adhérer plus facilement et avec plus de plaisir à la formation et ainsi tenir sur des périodes plus longues d’entrainement puisque celui-ci requiert un peu de persistances.

dlpfc 

Pourquoi demandons-nous votre aide ?

Bien que les universités obtiennent normalement le financement par la demande d’octrois de subventions aux organismes de fonds professionnels, qui sont directement ou indirectement supportés par le gouvernement, le taux de réussites a diminué considérablement au cours des dernières années. Dans beaucoup de pays occidentaux, le taux de réussites d’octrois de subventions est d’environ 10 %, ce qui signifie que seulement une demande sur dix obtient le financement. Malheureusement, même beaucoup de bons projets n’obtiennent pas de financement. Donc, nous avons décidé d’essayer slide5-e1447513291604 quelque chose de nouveau. Nous voulons que vous décidiez si vous pensez que notre projet vaut la peine d’être soutenu. Si VOUS aimez le projet et vous voulez nous aider, nous apprécierons une petite donation, de n’importe quel montant que vous pouvez ou êtes prêt à donner. Même si vous ne voulez pas contribuer à cette étape, peut-être vous pourriez partager notre vidéo à la famille et aux amis afin de sensibiliser d’autres personnes à notre projet. Quel est votre avantage ? Rien du tout. Juste le fait de savoir que nous avons essayé de trouver mieux et moins cher (ou juste de façon complémentaire) une façon d’améliorer les vies d’un large groupe de la société.

 

Comment allons-nous rester en contact et vous tenir au courant des avancées du projet ?

Nous publierons des mises à jour du projet sur l’onglet « nouvelles » de notre page Web donc vous pourrez aller voir là ou, si vous avez un compte Twitter, vous pouvez nous suivre sur Twitter directement.

 

Merci beaucoup de vous être arrêtés sur notre site web et d’avoir pris connaissance de notre projet. Nous apprécions réellement ! Si vous avez d’autres questions, suggestions ou critiques, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. Nous voudrions vous entendre.

 

Advertisements